Select Page

Auteur : Tom75

1990

Que peut-on retenir aujourd’hui de 1990, pour les homos et les lesbiennes ? Quels ont été « nos » événements, pendant que les pays de l’Est cherchaient leur voie, que Mikhaël Gorbatchev (l’homme à la tâche sur le front) recevait le prix Nobel, que Boris Eltsine déclarait la souveraineté de la Russie et que Saddam Hussein envahissait le Koweït ? Pour les homos, 1990, ce fut tout d’abord l’affaire de la disparition de Joseph Doucé. Le pasteur, fondateur du Centre du Christ Libérateur, défenseur des homos, des trans… des sado-masos, était interpellé à son domicile le 19 juillet, amené par des hommes se présentant comme de la police. Puis plus rien. Trois mois de silence. L’inquiétude de son ami, Guy Bondar. Un comité de soutien… Son corps devait finalement être retrouvé le 18 octobre en forêt de Rambouillet, en état de décomposition avancée. L’enquête devait longtemps piétiner, les RG plus ou moins inquiétés, et notamment l’inspecteur Jean-Marc Dufourg : le pasteur Doucé aurait été filé pour soupçons de pédophilie, aurait fait l’objet de manœuvres d’intimidation, pour disparaître donc subitement sans qu’on connaisse finalement jamais d’autre dénouement qu’un non-lieu prononcé en 2007… Autre affaire judiciaire, Pierre Chanal était jugé en octobre. L’ancien adjudant-chef du camp de Mourmelon, militaire très bien noté par sa hiérarchie, avait été appréhendé par la police en 1988 dans son combi Volkswagen vert. 22 heures plus...

Lire la suite

1991

Que nous reste-t-il de 1991, centième anniversaire de la mort d’Arthur Rimbaud ? Pour le grand public, on évoquera avant tout la première Guerre du Golfe, la fameuse opération Tempête du désert et la percée médiatique de CNN. Et pour la France, les 10 ans de présidence Mitterrand et une femme à Matignon, cette Edith Cresson aux formules malheureuses qui ne fera finalement qu’un passage éclair rue de Varenne. Et pour nous ? Retour sur l’année 1991 au jour le jour, au travers des anciens numéros de Gai Pied Hebdo… En 1991, donc, l’armée de papa Bush était partie délivrer le Koweit et inquiéter Saddam Hussein, entraînant ses alliées occidentales. Les armées américaine et britannique admettaient dans leurs rangs les gays et lesbiennes qu’elles chassaient en temps de paix ; la chair à canon n’avait apparemment d’un coup plus de mœurs. Les lesbiennes et gays britanniques se mobilisèrent en masse lors de manifestations de protestation. Les associations LGBT israéliennes mirent leurs activités militantes en stand-by. Les associations françaises, elles, restaient relativement silencieuses sur la question. Jacques Gaillot, encore archevêque d’Evreux, publiait un livre où il s’opposait à ce conflit et à ceux qui s’en réclamaient… En 1991, outre-Manche, Lady Thatcher quittait le 10, Downing Street, mais publiait juste avant de partir un décret d’anoblissement de Ian McKellen, acteur ouvertement gay. Le nouveau Premier ministre, John Major, recevait quant à...

Lire la suite

1992

C’était il y a 20 ans, c’était un autre monde. En 1992, j’avais tout juste 20 ans, et n’étais pas encore out. Je ne savais même pas exactement ce que je voulais. Je vivais en dehors du monde gai, des débats qui l’agitaient, des combats qui l’animaient, des tragédies qui le décimaient. Je ne connaissais tout ça qu’à travers le prisme réducteur de la télévision et des grands titres de la presse généraliste. Vingt ans après, tant de choses ont changé, pour moi et pour notre « communauté ». Mon parcours et mon engagement personnel m’ont conduit à m’insérer et à m’intéresser à ces groupes. Et mes activités associatives m’amènent aujourd’hui à me replonger dans la presse gaie actuelle ou passée. Dépouiller les journaux d’hier me donne l’occasion de revivre a posteriori cette histoire avec un regard plus aguerri ; parce qu’il signifie aujourd’hui des tas de choses pour moi-même, et aussi parce que je regarde ce passé à la lumière de tout ce qui est arrivé depuis. L’étude des anciens numéros du Gai Pied me permet en quelque sorte de revivre cette histoire par procuration et de participer au devoir de mémoire collective. Ce travail montre combien depuis 20 ans les choses ont changé, et combien en même temps tant de questions restent à ce jour encore ouvertes… En 1992, l’Europe et le monde occidental se reconstruisaient. L’ex-URSS...

Lire la suite

C’est quoi ce blog ?

L’épopée Gai Pied a duré d’avril 1979 à octobre 1992. Presque 20 ans après sa disparition, le magazine reste mythique dans la communauté. Personnellement, je ne l’ai quasiment pas connu. J’en connaissais l’existence pour le voir chez l’épicier du coin quand j’étais ado, exposé sur une étagère en hauteur. Un véritable objet de fantasme. J’avais même imaginé proposer mes services pour tenir la boutique, dans le seul but de pouvoir le lire. Un peu plus tard, tout jeune étudiant, j’en acheté un seul numéro. L’aventure de ma vie : aller chez un buraliste à l’autre bout de la ville, attraper le journal, le coincer entre le Monde et Géo pour le présenter à la commerçante, devenir tout rouge et vite partie sans demander mon reste… Las, l’aventure Gai Pied touchait à sa fin, et quelques semaines plus tard le magazine tirait sa révérence. Aujourd’hui, j’ai grandi. Mes activités associatives me conduisent à enfin découvrir le magazine. Je participe depuis quelques semaines au dépouillement de la revue, pour le compte de la bibliothèque du Centre LGBT Paris Île-de-France (www.centreLGBTparis.org, rubrique Bibliothèque pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas). Je me plonge dans l’histoire de notre communauté, une histoire dont je ne connaissais que ce que les médias généralistes pouvaient en dire à l’époque. L’occasion de me rendre compte que, si la situation a bien évolué, certains débats restent furieusement...

Lire la suite